kaya

Bienvenue sur mon blog

Archive pour février, 2011

Posté : 28 février, 2011 @ 7:22 dans amour | 3 commentaires »

L’Amour et la Folie
Tout est mystère dans l’Amour,
Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance:
Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour
Que d’épuiser cette science.
Je ne prétends donc point tout expliquer ici:
Mon but est seulement de dire, à ma manière,
Comment l’aveugle que voici
(C’est un dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière;
Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien
J’en fais juge un amant, et ne décide rien.
La Folie et l’Amour jouaient un jour ensemble:
Celui-ci n’était pas encor privé des yeux.
Une dispute vint : l’Amour veut qu’on assemble
Là-dessus le conseil des Dieux;
L’autre n’eut pas la patience;
Elle lui donne un coup si furieux,
Qu’il en perd la clarté des cieux.
Vénus en demande vengeance.
Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris:
Les Dieux en furent étourdis,
Et Jupiter, et Némésis,
Et les Juges d’Enfer, enfin toute la bande.
Elle représenta l’énormité du cas;
Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas:
Nulle peine n’était pour ce crime assez grande:
Le dommage devait être aussi réparé.
Quand on eut bien considéré
L’intérêt du public, celui de la partie,
Le résultat enfin de la suprême cour
Fut de condamner la Folie
A servir de guide à l’Amour.

de nous!

Posté : 28 février, 2011 @ 6:52 dans Non classé | 3 commentaires »

Les hommes doués d’une sensibilité excessive, jouissent plus et souffrent plus que les natures moyennes et modérées.
J’ai participé à ces excès d’impressions, dans la mesure de mon organisation.
Ceux qui sentent plus, expriment plus aussi. Ils sont éloquents, ou poètes.
Leurs organes paraissent faits d’une matière plus fragile mais plus sonore que le reste de l’argile humaine.
Les coups que la douleur y frappe y résonnent et propagent leurs vibrations dans l’âme des autres.
La vie du vulgaire est un vague et sourd murmure du coeur.
La vie des hommes sensibles est un cri.
La vie du poète est un chant. 

la vie!

Posté : 28 février, 2011 @ 9:49 dans amour | 4 commentaires »

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : Comme il est bête!
En somme, je suis mal coté.
J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.
Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.
J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal;
Des roses, des roses, des roses !

soit pa timide!

Posté : 25 février, 2011 @ 2:40 dans amour | 6 commentaires »

je t’invite à découvrir mon blog et à y laisser des commentaires,tu as également la posibilitée de découvrir plusieurs sites pour jeunes!

alor laisse toi séduir et fais de belle choses!

1234
 

classiquelitte |
martinelivres |
Au seuil de ma porte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La grande montagne invisible
| lire et faire lire en gironde
| Petite littérature intimiste